Environnement

La taxe carbone, une solution inefficace et dangereuse

Un Dictionnaire des idées reçues contemporaines comporterait un article ainsi rédigé : « Taxe carbone : Être pour, car c’est la seule solution au réchauffement climatique. Regretter que le gouvernement soit trop veule pour la mettre en place. »

Cette idée reçue est répandue, fausse et dangereuse. Pour simplifier, concentrons-nous sur le pétrole, notre principale consommation générant des gaz à effet de serre.

Face au blackfriday, vive la frugalité !

Voici le dernier billet publié par Hervé Chaygneaud-Dupuy sur son blog persopolitique. En écho aux réflexions du Club sur la "Croissance faible", il ouvre des perspectives opérationnelles ET positives pour que chacun puisse devenir acteur de l'enjeu majeur que constitue la transition écologique. Nous avons volontairement changé son titre initial, très sobre ("Frugalité"), pour l'inscrire dans l'actualité de ce monde d'hyperconsommation auquel certains aimeraient bien que nous cédions.

Réchauffement: marché ou long terme il faut choisir

Les récentes calamités météorologiques rappellent de façon concrète ce qu’une concentration de 400 ppm de CO² dans l’atmosphère veut dire. La question est connue et se pose de façon simple : pour contenir la concentration de CO² dans une limite acceptable (~450 ppm) il faut que 9/10e des énergies fossiles restent là où elles sont.

Big data et blockchain vont-ils sauver l’agriculture... et nous ?

Big data et blockchain vont-ils sauver l’agriculture... et nous ? (extraits)

À quoi pourrait ressembler un agriculteur ouvert à toutes les promesses de la technique ?  En particulier à toutes les connaissances nouvelles dont il pourrait bénéficier grâce à l’univers du numérique, aux big data, à la mutualisation de la connaissance sur les réseaux. Il pourrait s’appeler Hervé Pillaud. Le Club des Vigilants l’a reçu le 3 mars à Paris à l’occasion du Salon de l’Agriculture.

Changement climatique : l’effet d’entraînement par l’exemple est irréversible

Changement climatique : l’effet d’entraînement par l’exemple est irréversibl (extraits)e

Claude Henry, invité de la Matinale du Club le 8 novembre, est précis : nous pouvons encore émettre 700 Md de tonnes de CO² dans et l’atmosphère. Au-delà, la hausse de la température sera, irréversiblement, supérieure à 2° et dévastatrice. La plus grande partie des réserves (3000 Md de tonnes) doivent rester là où elles sont. Au rythme actuel des émissions, c’est une vingtaine d’années  qui nous restent. Ça va vite, le temps est compté. Dans certaines parties du globe, la physique a parlé : la désertification est là, il faudra la technologie pour les garder vivables.

Carton vert à deux accords sur l'énergie qui marquent deux progrès.

-Le premier est l'accord des pays du G7 (réunis début juin en Bavière) sur la décarbonisation de l'économie mondiale. Après l'accord il y a 5 ans sur l'objectif (ne pas dépasser les 2 degrés) il y a un accord sur un "comment" : une baisse des rejets de CO2 de 40 à 70% d'ici 2050 par rapport à 2010. -Quels moyens pour y arriver ?

Climat : Carton vert à l’engagement de trente métropoles européennes

A l’approche de la tenue à Paris en fin d’année de la COP21 (Conférence pour le Climat), il semble que les choses commencent à bouger… Et que les prises de conscience de l’enjeu que représente pour l’avenir la lutte contre le réchauffement climatique poussent enfin à des actions concrètes. Ainsi, trente villes européennes (parmi lesquelles Lisbonne, Berlin, Amsterdam, Rome, Dublin ou Lyon) affirment dans une déclaration commune signée en mars leur volonté de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici à 2030 (objectif identique à celui fixé au niveau de l’UE).

Et si un Clemenceau de l’emploi pouvait être un début de solution ?

Le problème de l’emploi est trop complexe et trop enraciné dans le fonctionnement actuel de notre société pour pouvoir être réglé d’un coup de baguette magique. Il n’en reste pas moins qu’il est tellement dramatique pour notre société, qu’en attendant des solutions plus pérennes, telles que la création massive de nouvelles entreprises marchandes*, proposant de nouvelles offres compétitives, il serait tentant, déjà, de l’attaquer à court terme à la façon dont Clémenceau attaqua en son temps le problème de la guerre en 1917.

Pages

S'abonner à RSS - Environnement