Les invités du Club

Comme un parfum d'entre-deux-guerres ?

Ne sent-on en France et à travers le monde comme un parfum d’entre-deux guerres, avec la montée des clivages qui s’exacerbent au sein de pays démocratiques, la multiplication des régimes forts, des discours extrêmes ? Et peut-on alors retirer quelque chose de l’expérience de l'histoire ?

Ce sont des questions essentielles, sur lesquelles le Club des vigilants se devait de débattre, au moment où la France cherche à sortir par le haut de sa fièvre des gilets jaunes en lançant un "Grand débat national".

Sauver le droit d'asile, et après ?

L'Europe semble en train de se fracasser sur la question du droit d'asile, qui en constitue l'une de ses traditions séculaires. Comment agir dès aujourd'hui pour faire en sorte que les anti-Européens de tous bords ne préemptent un débat électoral dont l'issue est sans doute décisive pour l'Europe ?

Doit-on se résigner à vivre dans une colonie numérique ?

Extraits de la Matinale

C’est la question que pose Jérôme Bondu, expert en intelligence économique, directeur de la société de conseil Inter-Ligere et auteur de "Maîtrisez internet. Avant qu'internet ne vous maîtrise", qui est intervenu devant le Club le 23 octobre dernier.

L'Homme, un animal comme les autres ?

Au cours d’une Matinale de haut niveau le philosophe Etienne Bimbenet a partagé avec nous son étonnement et ses analyses face au succès des thèses animalistes. Que nous arrive-t-il ? Pourquoi nous complaisons-nous autant devant cet effacement de la frontière entre l’homme et l’animal ? Sommes-nous vraiment séparés d’eux par « une différence de degré et non de nature » comme le disait Darwin ? Faut-il se rendre à l’évidence d’une seule « petite » différence biologique et admettre que « l’homme est un animal particulier, au même titre que les autres » ?

Intégration des immigrés: prenons les leçons de l'Histoire

« Enfermer les gens dans leur culture, dans leur civilisation, en disant : ils sont ainsi pour toujours et à jamais, c'est une erreur au regard de l'Histoire ».

C'est la conclusion de François Héran, démographe, titulaire de la chaire « Migrations et Sociétés » du Collège de France, que le Club des Vigilants avait invité à venir dialoguer le 26 juin dernier.

Cet expert de l'immigration commence par rappeler quelques chiffres-clés, indispensables pour comprendre les enjeux :

Noureddine Boukrouh : Pour un islam du XXIe siècle… et d’après

Pour un islam du XXIe siècle...et d'après

Le problème central du monde musulman aujourd’hui est que sa religion a été figée dans une interprétation et des rites vieux de plusieurs siècles et qu’il s’est encore moins adaptés que d’autres religions à l’évolution des sociétés. Le salafisme, sacralisation de cet islam « premier », n’est qu’une manifestation extrême d’une inadaptation à son temps qui vaut aussi pour la religion enseignée à tous les musulmans. Il n’y a pas de différence substantielle entre le droit islamique professé à la célèbre université islamique Al-Azhar du Caire et celui de Daech.

Données de santé : nouveau contexte, nouveaux enjeux

Valérie Peugeot / Données de santé : nouveau contexte, nouveaux enjeux (extraits)

« La santé n’échappe pas à la mise en données ». « Alors qu’on pouvait encore il y a quelques années prétendre pouvoir enfermer ces données à double tour dans un puits en y jetant la clef au fond, aujourd’hui elles sont devenues trop nombreuses »  et « les capacités de traitement d’un nombre de plus en plus important de données sont grandissantes. Les attentes croissent elles aussi : on en « demande » de plus en plus aux données de santé ».

Julien Damon : Vouloir «zéro SDF» impliquerait d’être moins permissif.

C’est bien de se donner comme objectif d’avoir zéro Sans Domicile Fixe en France, but qui semble désormais faire consensus chez les politiques. C’est un « appel à réformer » les politiques menées dans ce domaine. En adoptant un tel objectif, l’État s’oblige à « vérifier si l’action est efficace » et à en mesurer les résultats. Mais, pour que la perspective ainsi tracée ait un sens, il faudrait une politique européenne de l’immigration (ou une fermeture des frontières), il faudrait être capable de mieux mesurer le nombre de SDF et il faudrait envisager « d’empêcher les gens de dormir dehors » - sous entendu « interdire » -en passant outre au « foutez-moi la paix » souvent entendu par les équipes de « maraude » qui tentent de leur venir en aide. 

Pages