Des promesses qui empêchent de gouverner

070423-RoyalSarko8.jpgLa France qui vote à 85 %, la France qui réduit à 10 % l’extrême droite comme l’extrême gauche, un véritable regain démocratique bonne nouvelle !

Et la suite ? Elle va surtout se jouer sur le plan économique et social. De ce point de vue, la campagne a révélé l’inquiétude financière des Français. C’est le candidat de la rigueur, François Bayrou qui a fait le plus beau parcours. Problème : il n’est pas au second tour.

Les deux vainqueurs ont fait des campagnes à l’ancienne en accumulant les mesures compassionnelles et clientélaires. Résultat : 50 milliards des deux côtés. Or la France a tant accumulé dettes et déficit qu’elle n’a plus d’argent pour financer une nouvelle politique. De fait, ces programmes-catalogues, ne sont absolument pas financés.

D’un côté comme de l’autre, on mise sur un miraculeux effet de relance. Mais les deux plans de relance de 75 et 81 n’ont pas marché et les deux croissances des ministères Rocard et Jospin n’ont été précédé d’aucune relance. Avis aux keynésiens ! En vérité, la France va renoncer - temporairement bien sûr- à respecter le pacte de stabilité. Elle le fait depuis cinq ans, pourquoi ne pas continuer ? Parce que l’Europe a changé.

Tous les pays, Allemagne en tête, vivent sur un consensus économique, effectuent des efforts dont ils commencent à tirer les fruits en termes de croissances, d’emploi, de finances etc. La France seule réussit à souffrir sans se soigner et veut toujours croire à l’économie sans peine. Les autorités européennes ont porté un regard très sévère sur cette campagne, sur les attaques contre la BCE, l’Euro fort etc. Les rendez-vous post électoraux avec nos partenaires risquent d’être orageux. Peu probable que la France puisse continuer sur cette humeur dépensière. Ce sera le troisième tour après les présidentielles et les législatives. Le rendez-vous de 1983 après celui de 1981. Comment fera-t-on admettre aux Français que les promesses sont reportées aux calendes. Qu’elles ne servaient qu’à gagner le pouvoir et pas à gouverner ?

Share

Commentaires

Le réveil risque effectivement d'être orageux et douloureux. La France continue à vivre sur son petit nuage. Juste un témoignage très anecdotique : on construit actuellement dans le 15 ème arrondissement une médiathèque ("Marguerite Yourcenar"). Depuis le début des travaux le chantier s'arrêtait imperturbablement tous les jours à 16h30. La façade du bâtiment (verre et métal) est réalisée par une entreprise italienne qui a fait venir personnel et matériel (en particulier des échafaudages très sophistiqués). Ces italiens travaillent jusqu'à 19h et le samedi matin. Il ne s'agit pas de plombiers polonais mais d'une grosse entreprise d'Italie du nord.
Sans commentaire !

Ajouter un commentaire