Démocratie

Esprit de compromis contre esprit de radicalité

Lors du débat du second tour, celui qui était encore candidat a opposé l’esprit de conquête à l’esprit de défaite, cinglant résumé des forces en présence. La joute électorale passée, une autre dichotomie s’annonce tout aussi importante : esprit de compromis contre esprit de radicalité.

Le président de la République a trop de pouvoirs en France

Ouf. Emmanuel Macron a été convenablement élu président de la République. Et nous faisons tous les vœux possibles pour qu’il réussisse. Mais imaginons notre consternation si le monarque républicain désigné le 7 mai par les électeurs avait été Marine Le Pen et qu’elle ait obtenu une majorité à l’Assemblée Nationale les 11 et 18 juin. Nous verrions toutes les dispositions conçues pour et par le Général de Gaulle pour éviter « l’impuissance » des gouvernements à permettre à un dirigeant dangereux pour la démocratie de s’emparer de toutes les manettes.

Plaidoyer pour l’élite du temps présent

La campagne présidentielle est le point d’arrivée d’un long processus de rejet des élites politiques. L’absence, au second tour, des partis de gouvernement piliers de la Ve république pourrait l’illustrer de façon spectaculaire. Plus généralement, une illégitimité semble frapper quiconque revendique une parcelle d’autorité.

Les USA, une « Trump country » ? Pas si simple…

Donald Trump signant un décret

Dès son arrivée au pouvoir, Trump, fidèle à ses provocations et, surtout, à ses promesses de campagne (plutôt positif pour un président, n’est-ce pas ?), s’est empressé de signer tout une série de décrets sous les vivats de ses supporters et les huées de ses détracteurs.
La presse, d’ailleurs, n’a pas manqué ces images soigneusement mises en scène d’un Donald Trump signant, avec son éternelle moue dédaigneuse, ces décrets controversés, comme un directeur des notes de service.

Et s’il n’y avait qu’un seul tour !

Les stratégies se font et se défont à l’aune des réalités.
Quand la vision n’est pas là, quand l’intérêt personnel dépasse l’intérêt général, alors le champ des possibles s’ouvre et l’impensable devient réalisable.
Les gauches se déchirent et la droite démontre au quotidien son incapacité à se rassembler.
Les médias, perdus, s’en remettent désormais aux discours des extrêmes laissant le citoyen perplexe et désorienté.

Qui d’entre nous à l’heure actuelle a la conviction de son prochain choix ?

Donald Trump, l’écume de l’événement et le temps long

Que restera-t-il de Trump dans vingt ou cinquante ans si nous nous projetons dans le futur ? Que nous enseigne l’histoire de l’Amérique au moment où l’élection surprise de ce républicain populiste prend toutes les allures d’un cataclysme, si nous regardons vers l’arrière?

C’est le rôle des think tanks et autres clubs de réflexion comme le Club des Vigilants d’essayer d’inscrire l’événement dans le temps long.

La lente agonie de la démocratie représentative

La démocratie a fini par triompher dans notre pays au moment de la Révolution française, même si en 1789 c’était sous une forme que nous aurions du mal à reconnaître aujourd’hui. En effet? le droit de vote y était loin d’être universel. Cela n’est pas si étonnant : la démocratie est issue - au moins dans notre imaginaire collectif - de l’Antiquité gréco-romaine. Or? à cette époque, elle était élitiste : seuls les riches possédants avaient le droit de vote et la société prise dans son ensemble s’appuyait largement sur l’esclavage.

S'abonner à RSS - Démocratie