Philippe Bois

Onglets principaux

Articles de cet auteur

Plaidoyer pour l’élite du temps présent

La campagne présidentielle est le point d’arrivée d’un long processus de rejet des élites politiques. L’absence, au second tour, des partis de gouvernement piliers de la Ve république pourrait l’illustrer de façon spectaculaire. Plus généralement, une illégitimité semble frapper quiconque revendique une parcelle d’autorité.

Changement climatique : l’effet d’entraînement par l’exemple est irréversible

Changement climatique : l’effet d’entraînement par l’exemple est irréversible

Claude Henry, invité de la Matinale du Club le 8 novembre, est précis : nous pouvons encore émettre 700 Md de tonnes de CO² dans et l’atmosphère. Au-delà, la hausse de la température sera, irréversiblement, supérieure à 2° et dévastatrice. La plus grande partie des réserves (3000 Md de tonnes) doivent rester là où elles sont. Au rythme actuel des émissions, c’est une vingtaine d’années  qui nous restent. Ça va vite, le temps est compté. Dans certaines parties du globe, la physique a parlé : la désertification est là, il faudra la technologie pour les garder vivables.

GPA, le temps du courage

Au cours de l’été, la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) a, de nouveau, condamné la France pour son refus de retranscrire à l’état civil les actes de naissance d’enfants nés, à l’étranger, de mères porteuses ; elle lui reproche une atteinte disproportionnée à la vie privée des enfants, sans pour autant contester son droit de prohiber la GPA. En juin 2015, après deux arrêts la CEDH sur le même sujet, la cour de cassation avait pourtant bouleversé sa jurisprudence.

Michel Rocard : la vision d’un homme d’Etat nourri par ses convictions

Michel Rocard était intervenu au Club des Vigilants en février 2010 pour parler de l’élimination des armes nucléaires, combat qu’il avait fait sien, en tant que membre de la commission Canberra notamment. On était à la veille de la conférence quinquennale du Traité de Non-Prolifération (TNP) et beaucoup d’espoirs étaient mis dans le leadership américain après les discours d’Obama de 2009, à Prague et à l’ONU.

Epargne et investissement : la solution est politique

La barre des 10 000 milliards de dollars de dettes publiques qui s’échangent à des taux négatifs a été franchie. En termes de causes les choses semblent assez simples : cette épargne est mal rémunérée faute de trouver des investissements créateurs de valeur ajoutée. La BCE s’emploie pourtant à canaliser l’épargne vers l’investissement.

Negative interest rate, the silent revolution

Baisse des taux

Recently the German minister for finance Wolfgang Schaüble has criticized the European Central Bank: “the policy of zero interest rates is an attack on the savings of millions of Germans who have put their money in savings accounts or life insurance”. He implies this is to blame for the rise of the euro-sceptic “Alternative for Germany” Party. Concretely, the minister takes aim at the ECB’s zero reference rate and negative deposit rate (-0,4%). The Central Bank has chosen this policy of negative rates.

Intérêts négatifs, la révolution silencieuse.

Le ministre allemand des finances a violemment pris à parti la BCE : « la politique des taux d’intérêt nuls est une attaque contre la fortune de millions d’Allemands qui ont placé leur argent sur des comptes d’épargne ou en assurance vie ». Il lui impute la responsabilité de la montée du parti eurosceptique Alternative pour l’Allemagne. Concrètement, le ministre vise le taux directeur nul et le taux de dépôt négatif (-0,4%) de la BCE. Cette politique de taux négatifs est voulue par la banque centrale.

Syria : Putin’s real lesson to the West

Several days ago Putin caused surprise by announcing the retreat of Russian ground troops in Syria. He left commentators perplexed and divided. Sceptics saw a move to further destabilise and admirers saw the beauty of Russian gamesmanship. Since then, Russia has led the diplomatic charge in Geneva and taken part in the highly mediatised liberation of Palmyre. Should we be sceptical or acknowledging of Moscow's Syrian chapter?