"Iran : un régime à bout de souffle ?" Matinale avec Clément Therme

Date de la venue de l'invité: 
Lundi, 21 novembre, 2022

Depuis le 16 septembre 2022 et l’officialisation du décès de Mahsa Amini à la suite à son arrestation par la police des mœurs pour « port de vêtement non approprié » l’Iran est confronté à un soulèvement national que la répression n’est pas parvenue à endiguer en près de deux mois.

Clément Therme**, historien des relations internationales et spécialiste de l’Iran viendra nous expliquer lors d’une Matinale comment les autorités révolutionnaires khomeynistes se sont enfermées progressivement dans une triple impasse sociétale, politique et économique.
Est-ce la fin de la révolution islamique et du régime théocratique iranien aux affaires depuis 1979 ?
Quelles « suites » envisager ? Quelles seraient les conséquences géopolitiques d’un changement de régime en Iran, au niveau régional comme mondial ?

La Matinale aura lieu le lundi 21 novembre, à la Terrasse du 7e (2 place de l’Ecole militaire à Paris) de 8h30 à 10h (accueil à partir de 8h).

Si vous souhaiter venir échanger avec lui et lui poser vos questions, merci de vous inscrire en ligne ci-dessous le plus rapidement possible !

-------------------------------------------

**Clément Therme est chercheur associé à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), chargé d’enseignement à l’Université Paul Valéry de Montpellier et à Sciences Po Paris. Il a été notamment chercheur à l’International Institute for Strategic Studies (IISS), à l’Institut français de recherche en Iran à Téhéran et à l’Institut français des relations internationales (Ifri).

Il est l'auteur de Les Relations entre Téhéran et Moscou depuis 1979 (PUF, 2012), a dirigé l’ouvrage L’Iran et ses rivaux paru aux éditions Passés composés en février 2020 et co-dirigé L’Iran en quête d’équilibre, Confluences Méditerranée, 2020. Son ouvrage sur Les relations irano-américaines depuis 1979 à l’épreuve de la République islamique paraîtra en 2023 aux Presses Universitaires de Rennes.

Share

Ajouter un commentaire